Arrêt des poursuites : Comment Paul Biya et Maurice Kamto ont secrètement négocié

Aimez, partagez, commentez !

Tout aurait donc commencé au lendemain du discours du chef de l’Etat à la nation prononcé le 10 septembre 2019.

L’information, révélée par l’hebdomadaire Jeune Afrique, précise que l’initiative des négociations visant à élargir le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (mrc) est venue de la présidence de la République.

Le principal opposant au régime de Paul Biya était incarcéré à la prison de haute sécurité de Kondengui à Yaoundé depuis le 26 janvier 2019 en attente d’un jugement au tribunal militaire de Yaoundé qui devait s’ouvrir le 8 octobre, après plusieurs renvois.

Celui qui continuait à revendiquer sa victoire à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 pour lequel Paul Biya avait été déclaré vainqueur, avait été arrêté à la suite d’une manifestation. Cette arrestation avait suscité une importante vague de réactions et d’indignation un peu partout dans le monde.

Plusieurs libérations

Le dialogue national annoncé pour fin septembre avec autant de prisonniers politiques dont des leaders sécessionnistes demandait qu’une issue soit trouvée.

Les négociations secrètes, entamées au lendemain du discours du chef de l’Etat, ont perduré en raison du refus de Maurice Kamto de se voir accorder, sans tous ses compagnons d’infortune, le bénéfice de l’élargissement. Les émissaires du président Paul Biya rencontreront à plusieurs reprises Maurice Kamto à Kondengui. Ce dernier finira par avoir gain de cause, puisqu’il obtiendra la libération de tout son état-major, ainsi que celui des partis alliés et leurs militants, soit en tout 103 personnes.

Dans la foulée, le chef de l’Etat fera également libérer quelques centaines de personnes détenues dans le cadre de la crise anglophone, thème central du Grand Dialogue National.

Maurice Kamto ne réussira toutefois pas à faire gracier les leaders sécessionnistes condamnés à la prison à vie, dont le président autoproclamée de « l’Ambazonie », Sisiku Ayuk Tabé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *